LPCWEATHER

Forum météo du Limousin Poitou-Charentes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Economie écologique à Saint Médard d'Aunis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nico 17/69
Cumulus humilis
Cumulus humilis


Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 15/09/2005

MessageSujet: Economie écologique à Saint Médard d'Aunis   Mer 11 Oct à 10:56

SAINT-MEDARD-D'AUNIS. -- En plaine d'Aunis, à dix minutes de La Rochelle, pousse une zone d'activités respectueuse de l'environnement. Solaire, éolienne et innovante

Un ruban vert de l'économie: Philippe Baroux

[Photo]Les candélabres en cours d'installation sont équipés de lampes sodium basse pression réduisant la consommation de 40 %
PHOTO SO, DOMINIQUE JULLIAN

La zone d'activités de Croix-Fort fait exception dans le paysage des sites à vocation économique. A dix minutes de l'agglomération rochelaise, sur la commune de Saint-Médard-d'Aunis, quarante-deux parcelles, destinées à accueillir des entreprises artisanales, ont été tracées avec le souci de maîtriser leur impact sur l'environnement.
Plus qu'une déclaration d'intention, cette réalité portée par la Communauté de communes de la Plaine d'Aunis vaut à la collectivité d'être, en France, la première de moins de 20 000 habitants à avoir reçu la certification ISO 14001.
Si ce label, délivré le 29 mai dernier, distingue le bon élève au sein de la classe verte, le regard peine cependant à identifier en quoi la douzaine d'hectares de la première tranche (1) détonne dans le paysage. Voirie qui étire son ruban de bitume, candélabres érigés de part et d'autre des accès, parcelles en attente d'implantation faussent l'appréciation que recadre à sa juste échelle Bertrand Damy. Le vice-président en charge des affaires économiques de la communauté de communes balaie le paysage et s'arrête sur chaque élément qui a permis de qualifier la zone comme respectueuse de l'environnement.


Des pollutions réduites. La voirie ? Elle dissimule ce qui constitue probablement la plus grande révolution du projet. Là où traditionnellement s'ébranle une noria de poids-lourds qui embarquent dans un premier temps les déblais de terrassement, puis rapporte le remblais sur lequel se dessine le tracé, une option de valorisation de ces matériaux sur place a été retenue.
Eurovia, qui avait en charge le lot voirie-réseaux, a installé sur site une unité de broyage. Le recours a cette technique a évité l'évacuation des déblais des tranchées et l'apport de nouveaux calcaires issus des carrières. « Un calcul réalisé par des élèves de l'école d'ingénieurs de La Rochelle impliqués dans notre projet estime qu'on a ainsi économisé 300 navettes de poids lourds avec la Vendée où les remblais sont extraits des carrières. » Avec ce que cela induit comme réduction des pollution sonore, d'émission de CO2, et de consommation de gasoil.
L'énergie ? D'apparence classique, les candélabres répondent aux recommandations faites par ces mêmes élèves ingénieurs. Il en résulte le recours à des lampes basse consommation, elles-mêmes alimentées par l'énergie que produiront trois éoliennes « urbaines » émergeant du paysage à une hauteur raisonnable de 12 mètres. Conséquence : un réseau d'éclairage public 100 % autonome, sur site dont la consommation est réduite de 40 % par rapport à une installation classique.


L'herbe miraculeuse. Une autre astuce se love dans la douceur des courbes des noues, ces petits fossés enherbés qui bordent tout le périmètre sur voie des parcelles.
Ils forment un réseau ponctué de collecteurs en béton ainsi raccordé aux caniveaux. Une trame dont le rôle est de capter les eaux de ruissellement des chaussées de la zone pour les déverser dans deux exutoires. L'un est un simple bassin, le second une réserve de 400 mètres cubes constituée pour la sécurité incendie. L'ensemble a été ensemencé d'herbes qui ont la capacité de filtrer les rejets toxiques, notamment les traces d'hydrocarbures.
Alignements d'arbres en bordure de voie, effort paysager entre les parcelles séparées par des haies signeront aussi la qualification de la zone. Les horticulteurs patienteront jusqu'à la sainte-Catherine pour que tout prenne racine.
Hiérarchisation des voies (plus larges pour celles recevant du trafic, moins larges pour les moins empruntées), signalétique précise des entreprises, création d'une aire de stationnement pour poids lourds et de parkings pour voitures incitant au covoiturage, création de cheminements piétons et d'aire de pique-nique complètent le cahier des charges d'aménagement.
La question du coût ne se fait plus attendre. « Pour la collectivité, le prix de revient est équivalent à celui d'une zone d'activités plus commune. En l'occurrence, près de 2 millions d'euros », précise Bertrand Damy. Un investissement qui a reçu le soutien cumulé du Conseil général, du Conseil régional et de l'Etat, à hauteur de 585 000 euros. Pour les entreprises, l'impact est nul, le mètre carré étant commercialisé aux alentours de 20 euros.
(1) Deux autres tranches porteront la surface finale de la zone d'activités à 45 hectares.

(Sud Ouest Charente Maritime, édition en ligne du 11 10 06)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Economie écologique à Saint Médard d'Aunis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Médard Evêque de Noyon et commentaire du jour "La lumière du Christ sur son lampadaire"
» Festival BIG BANG à Saint-Médard -en-Jalles (33) / 25 au 28 mai 2016 avec Jean-François Clervoy
» Saint Médard et commentaire du jour "Apprenez de moi"
» Saint Médard
» projet de fin d'etude economie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LPCWEATHER :: Découverte du Limousin Poitou-Charentes :: Tourisme :: Poitou-Charentes-
Sauter vers: