LPCWEATHER

Forum météo du Limousin Poitou-Charentes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la tempête des 23-24 octobre en Charente Maritime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nico 17/69
Cumulus humilis
Cumulus humilis


Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 15/09/2005

MessageSujet: la tempête des 23-24 octobre en Charente Maritime   Mer 25 Oct à 23:54

Voici enfin, avec une journée de retard, les informations en provenance de Charente Maritime. De classiques dégâts de tempête : arbres couchés sur les routes, branchages éparpillés, coupures d'électricité et de téléphone, câbles arrachés, toitures endommagées.... Mis à part le porte container en perdition au large de l'île de Ré, seule la perte de contrôle d'un automobiliste à Ste Marie de Ré reste à déplorer.
Bref, rien d'exceptionnel pour ce bilan d'une tempête de saison, sans gravité particulière pour la région. En revanche petite rectification, les valeurs de vent annoncées sont sous-estimées, puisque sur l'île de Ré, les vents ont soufflé non pas jusqu'à 120 km/h mais jusqu'à 137 km/h.


TEMPETE. --Les vents ont soufflé jusqu'à 120 km/heure sur le littoral. La Charente-Maritime a essuyé la tempête nocturne sans trop de mal

Sainte-Marie-de-Ré : le conducteur de cette voiture de l'administration en a perdu le contrôle mardi matin
PHOTO DOMINIQUE JULLIAN

L'échouage du porte-conteneurs « Rokia Delmas », au large du Bois-Plage, aux premières heures de la matinée de mardi, a braqué les projecteurs sur la Charente-Maritime hier. Au delà de cet accident maritime spectaculaire, la tempête de la nuit n'a pas provoqué d'importants dégâts dans le département.
Au cours de la nuit de lundi à mardi, Météo-France a enregistré des pointes à 120 km/heure sur le littoral de la Charente-Maritime. A partir des prévisions établies, justement, par Météo-France, le préfet Jacques Reiller avait placé le département en niveau vigilance orange en raison des vents violents annoncés.
A La Rochelle,
la tempête a soufflé lundi soir à partir de 22 heures. Au cours de la nuit et dans la matinée de mardi, les pompiers ont été sollicités une quarantaine de fois : arbres tombés, branches cassées, tuiles envolées, antennes de télévision tordues. Les dégâts sont demeurés limités. Le centre de secours de Mireuil a traité les appels avec une trentaine de pompiers, professionnels et volontaires; une quinzaine de pompiers du centre de secours de Villeneuve-les-Salines ont travaillé sur d'autres secteurs de la ville et de l'agglomération.
A Rochefort,
la tempête de la nuit n'a provoqué que de petits dégâts mais « rien de bien méchant » commentait-on du côté des sapeurs-pompiers qui ont effectué une trentaine de sorties : câbles arrachés, branchages sur la chaussée, poubelles renversées... Dans l'après-midi, les responsables du port de plaisance avaient pris soin de bien informer les familles vivant sur leurs bateaux.
A Fouras,
les séquelles de la tempête étaient visibles à quelques barques échouées sur la plage et au tapis de coquilles d'huîtres qui recouvrait hier matin l'embarcadère pour l'île d'Aix.
En Haute-Saintonge,
peu de dégâts à signaler. Les sapeurs-pompiers sont sortis huit fois pendant la nuit, essentiellement pour des arbres entravant des voies de circulation à Chamouillac, Soubran et quelques autres axes à proximité de l'estuaire girondin.
En Pays royannais,
plus d'émotion que de mal. Les secours ont comptabilisé un peu moins d'une trentaine de sorties pour des dégâts imputables à la tempête : arbres, branches menaçant de tomber, tuiles envolées... Des interventions effectuées dans la nuit, mais aussi pour beaucoup au petit matin, lorsque les faits ont été constatés.
Du côté des routes,
aucun accident grave n'a été signalé au cours de cette nuit de tempête. Mardi matin, vers 8h30, le conducteur d'une voiture de l'administration en a perdu le contrôle sur la route départementale 201 à hauteur de Sainte-Marie-de-Ré. Le véhicule a effectué des tonneaux. Le conducteur a été transporté au centre hospitalier de La Rochelle pour des examens de contrôle.
Electricité et téléphone.
Durant la nuit, 20 000 foyers ont été touchés par des interruptions de l'alimentation électrique de durées très variables. 1 500 clients d'EDF demeuraient privés d'électricité mardi matin à 8 heures. Les équipes d'EDF devaient rétablir le courant dans tous les foyers avant la nuit. Les zones les plus touchées auront été l'île d'Oléron (Saint-Georges, Saint-Pierre, Saint-Denis d'Oléron), Saint-Médard-d'Aunis, Marennes, La Tremblade, Saint-Sulpice-de-Royan, Le Fouilloux, Vandré, Beauvais-sur-Matha et Yves.
Pour sa part, France Telecom annonce près de 1 500 lignes téléphoniques en dérangement et un retour à la normale pour l'ensemble de ses abonnés au plus tard au début de la semaine prochaine.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Cumulus humilis
Cumulus humilis


Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 15/09/2005

MessageSujet: Re: la tempête des 23-24 octobre en Charente Maritime   Jeu 26 Oct à 0:02

Piégé dans la tempête: Eric Chauveau


Plage des Gollandières. Les Rétais sont venus observer l'épave du « Rokia Delmas », immobile dans sa gîte impressionnante
PHOTO DOMINIQUE JULLIAN


Après la tempête. La silhouette fantomatique du « Rokia Delmas » est sortie de la nuit vers 8 heures, hier, si près de la plage des Gollandières, commune du Bois-Plage, sur l'île de Ré. Couché sur bâbord, le porte-conteneurs de 185 mètres se découpe entre le ciel encore chargé et la mer toujours agitée. Très vite, les curieux ont rejoint les habituels adeptes de la balade matinale au grand air. Tous scrutent la masse imposante, immobile mais présentant une gîte de 20 degrés. Delmas, le nom de l'armateur propriétaire français, se détache en lettres noires sur son flan. Les quatre niveaux de conteneurs amassés sur le pont semblent toujours en place. En ajoutant le chargement de ses cales, le « Rokia Delmas » transporte une cargaison de 10 000 tonnes : « Du bois, du cacao, du caoutchouc, des déchets métalliques », précisait la préfecture de Charente-Maritime.


Importante voie d'eau. Si l'arrimage de surface a tenu bon, le moteur du navire battant pavillon panaméen a cédé dans la tempête. Le bateau, qui avait appareillé dimanche dernier de Vigo (Espagne) en route pour La Rochelle-Pallice, s'est alors retrouvé à la merci de l'Océan. Lors de son échouement, à environ 2 kilomètres de la côte, la mer était formée avec des creux de 5 à 7 mètres dans cette partie du pertuis d'Antioche. Le vent soufflait à 120 kilomètres-heure.
Sur la plage, un homme à l'allure de loup de mer annonce : « L'équipage a été hélitreuillé, il y a un blessé. » Puis repart en grommelant que ce ne sera pas une mince affaire de sortir le porte-conteneurs de sa nasse. C'est d'autant plus vrai que le navire présente une importante voie d'eau au niveau de la salle des machines, qu'il convient de colmater avant toute opération de remorquage.
Hier, entre 4 h 35 et 7 h 20, le sauvetage par hélitreuillage de vingt des vingt-six hommes d'équipage a représenté une première épreuve de force. Les hommes de la marine nationale, à bord de l'hélicoptère Guépard-Yankee basé à l'aérodrome de Laleu-La Rochelle, ont mené une opération exemplaire. « Impressionnant », s'accordaient à dire le chef d'escadron Christophe Daniel, commandant la compagnie de gendarmerie de La Rochelle, et le capitaine des sapeurs-pompiers Yannick Auloy, commandant le centre de secours principal de La Rochelle.


Philippins et Croates. Suite à l'appel de détresse du capitaine du « Rokia Delmas », lancé vers 3 heures, ces deux hommes se sont immédiatement retrouvés sur le pied de guerre. Alors que le Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage en mer) Atlantique, basé à Etel (Morbihan), dépêchait les moyens nautiques dont l'« Abeille Languedoc » et l'« Abeille Bourbon » (1) , la gendarmerie et les sapeurs-pompiers prenaient en charge l'aménagement d'une aire d'atterrissage pour l'hélicoptère de la marine nationale et organisaient l'accueil des membres de l'équipage. Ainsi, le parking de l'hôtel de la Plage, au lieu dit Peu-Ragot, à La Couarde, a été le théâtre des rotations de l'hélicoptère alors que quatre ambulances de sapeurs-pompiers et le Samu 17 avaient été dépêchés sur place pour transporter l'équipage jusqu'à la salle municipale de La Couarde-sur-Mer.
« L'équipage est composé de dix-neuf Philippins et de sept Croates. Six membres d'équipage, dont le commandant de nationalité croate, sont restés à bord par mesure de sécurité et pour assister les manoeuvres de remorquage », poursuit le commandant Daniel.


Quatre blessés. Alors qu'un adjudant et un gendarme font le point sur les passeports, les sapeurs-pompiers font un bilan de santé des infortunés marins et les réconfortent. En plus de Robert Malenica, second du commandant de bord, victime d'une fracture au bras gauche, trois autres membres d'équipage, moins sévèrement touchés, seront conduits au centre hospitalier de La Rochelle. Harassés et prostrés par ce qu'ils viennent de vivre, les autres marins se restaurent en silence. Certains, qui ont quitté le navire avec presque rien sur le dos, sont enroulés dans une couverture.
Au fil des heures, ils reprennent pied dans la réalité et sourient dès lors qu'on leur adressent la parole, même dans un mauvais anglais. « L'essentiel, c'est que nous soyons saufs », indique un marin philippin. Porte-parole de ses compatriotes, il précise que le « Rokia Delmas » avait appareillé de San Pedro, port de Côte d'Ivoire. « Après La Rochelle, nous allions à Amsterdam. »
(1) Le premier remorqueur est arrivé sur zone, hier, en début après-midi; le second était annoncé pour la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico 17/69
Cumulus humilis
Cumulus humilis


Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 15/09/2005

MessageSujet: Re: la tempête des 23-24 octobre en Charente Maritime   Ven 27 Oct à 11:23

« ROKIA DELMAS ». -- Le temps n'est plus du tout au remorquage du porte-conteneurs. Le pompage du carburant doit commencer cet après-midi


L'« Alcyon », navire anti-pollution de la Marine nationale, sera de l'opération de pompage annoncée pour cet après-midi
PHOTO XAVIER LEOTY

Des deux remorqueurs de haute mer, l'« Abeille- Languedoc » et l'« Abeille-Bourbon », il ne reste que le second sur la zone de l'échouage du « Rokia Delmas », face à la plage des Gollandières, au Bois-Plage-en-Ré. Suite à l'appel de détresse, lancé dans la nuit de lundi à mardi derniers, par le commandant du porte-conteneurs, les deux remorqueurs avaient été dépêchés vers le pertuis d'Antioche par le Crossa Etel (1).
Aujourd'hui, une telle (im)mobilisation de moyens s'avérait inutile, l'opération de remorquage ayant été abandonnée, compte tenu du déchirement de la coque du navire. Reste donc sur place, par mesure de sécurité, l'« Abeille-Bourbon », dont la « Languedoc » a pris la place à l'entrée du rail d'Ouessant.


« Manger de la mer ». L'intervention de ces remorqueurs (2) a suscité des questions. La préfecture maritime de l'Atlantique, à Brest, a précisé que, lors de l'échouage du porte-conteneurs « Rokia Delmas », l'« Abeille-Bourbon » était en pré-positionnement à Brest. Elle est arrivée face à l'île de Ré mardi après-midi.
L'« Abeille-Languedoc » (sur zone mardi soir) était, quant à elle, à la rencontre d'un cargo turque qui se trouvait en difficulté dans l'Atlantique, environ au milieu de l'axe Lorient-Hendaye.
Rappelons que ce vaste secteur du Golfe de Gascogne est celui d'intervention de ce remorqueur de haute-mer, doté d'une puissance de traction de 160 tonnes. Et si ce navire fait son carburant à La Rochelle-Pallice, il est excessif de dire qu'il est son port d'attache. « Sa fonction première est de "manger de la mer" », est-il précisé à Brest.


Pompage, aujourd'hui. La puissance de l'« Abeille-Bourbon » est, elle, de 200 tonnes. C'est la force conjuguée des deux remorqueurs de haute mer qui devait permettre de remorquer le « Rokia Delmas ».
Si ce scénario a donc été abandonné, la personnalité du commandant de l'« Abeille-Bourdon », Charles Claden (3), a été retenue par la société Delmas dans le plan établi avec la préfecture maritime de l'Atlantique et la préfecture de Charente-Maritime en vue de pomper, à partir d'aujourd'hui et pendant trois jours au mieux, les carburants du « Rokia Delmas ». Soit au total, gasoil compris, 610 tonnes de polluants.
Charles Claden a ainsi été désigné « senior salvage master » (responsable des opérations). Le professionnel, dont les compétences et le courage sont unanimement reconnus, est monté à bord du « Rokia Delmas » mercredi matin. Il était accompagné de deux architectes navals spécialisés.

(Sud Ouest édition Charente Maritime 27 octobre 2006)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la tempête des 23-24 octobre en Charente Maritime   

Revenir en haut Aller en bas
 
la tempête des 23-24 octobre en Charente Maritime
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vague française de 1954:11 OCTOBRE 1954, ILE D'OLERON, CHARENTE-MARITIME:
» La vague française de 1954: 7 OCTOBRE 1954, PUYMOYEN, CHARENTE
» Photographie : Lauzière, Charente-Maritime - 26 février 2010
» Quelle température en classe ?
» Température minimum dans les classes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LPCWEATHER :: La météo en Limousin Poitou-Charentes :: Observations-
Sauter vers: